Article mis en avant

La phrase du mois

"La confiance en soi est de croire que l'on mérite le bonheur"

Christophe André

Une citation, un proverbe, quelques phrases extraites d’un livre… vous aussi faites- nous partager une phrase qui vous parle.

« J’ai l’impression de toujours répéter les mêmes erreurs »

Impression de « déjà vu » ou de revivre les mêmes histoires…

Ce qu’il y a de plus spécifique dans les situations répétitives de nos vies, c’est la perception pénible de ne pas pouvoir se réaliser pleinement, d’être limité non seulement par les obstacles de la vie mais aussi par un trouble intérieur qu’il est difficile de définir : « quelque chose ne va pas ». Souvent, une personne prise dans un schéma de répétition qui la pousse à agir à son détriment, n’en a pas totalement conscience.

Les schémas de vie altèrent la qualité de vie par leurs effets négatifs sur les émotions, ils entraînent la détérioration des relations amicales, conjugales ou professionnelles. Il peut aussi en résulter un sentiment d’échec personnel, de frustration et peut même être à l’origine d’états dépressifs ou anxieux.

La répétition des mêmes échecs, des mêmes conflits témoignent d’un problème qui peut perdurer depuis l’enfance ou résulter d’événements récents, actuels face auxquels on n’a pas les ressources d’adaptation nécessaires ou suffisantes.

Pour les thérapeutes cognitivistes, la personnalité de chacun est faite de croyances irrationnelles, souvent inconscientes. Elles composent les schémas cognitifs inadaptés à l’origine du problème. Le but alors est de mettre en lumière ce schéma, et une fois jugé inadapté par la personne en thérapie, le travail consiste à le remettre en question pour le modifier.

Comment changer?

Dans un premier temps, s’interroger sur l’existence réelle ou non d’un problème répétitif,  s’il  y a : lequel? et quel est son impact sur la qualité de vie. Cette partie du travail est de déconstruire le scénario de vie en partant des émotions négatives qu’il suscite. C’est une manière de lui donner une signification, un sens à ce qui, à première vue n’en a pas : les symptômes, les conflits répétés et l’histoire d’un vie racontée de manière décousue.

La personne, à l’aide du thérapeute dégagent ensuite des solutions pratiques qui pourront être appliquées au quotidien en vue du changement personnel : se libérer de son schéma contraignant pour aller vers un schéma plus souple, plus créatif, plus satisfaisant.

Patience

« Quand je vais prendre le train, j'entends toujours des gens qui disent : "Vous n'arrivez qu'à telle heure. Comme ce voyage est long et ennuyeux!". Le mal est qu'ils le croient ; et c'est là que notre stoÏcien aurait dix fois raison quand il dit : "Supprime le jugement, tu supprimes le mal."

Si l'on regardait les choses autrement, on serait conduit à considérer un voyage en chemin de fer comme un des plaisirs les plus vifs. Si l'on ouvrait quelque panorama où l'on verrait les couleurs du ciel et de la terre et la fuite des choses comme sur une grande roue dont le centre serait au fond de l'horizon, si l'on donnait un tel spectacle, tout le monde voudrait l'avoir vu."

Alain.

Je suis mal à l’aise quand on me fait un compliment

Un compliment, c’est un cadeau qu’on vous fait : y répondre doit vous devenir aussi naturel que les remerciements que vous faites à quelqu’un qui vous offre un cadeau.

Une question d’image : la capacité à répondre aux compliments dépend beaucoup de l’image que l’on a de soi-même.

Ne pas y répondre ou les accepter c’est risquer de vous enfermer dans une image négative de vous-même.

Chassez les préjugés : beaucoup d’entre nous ont été élevés dans l’idée qu’il était prétentieux d’accepter un compliment :  » Lorsque je fais quelque chose de bien, c’est normal, il n’y a pas à me complimenter pour ça… « 

Or non, pour bien faire, il a fallu s’appliquer, faire des efforts, et tout effort doit être récompensé. Et si le compliment est justifié, ce n’est pas prétentieux, c’est juste de l’accepter.

Alors acceptez les compliments :

– remerciez pour accuser réception du compliment que l’on vous fait en disant simplement merci

– exprimez votre émotion à ce sujet : « Cela me fait plaisir que tu me dises ça  » ou  » Cela me gêne que tu me complimentes  » , mais en tout cas répondez.